Régulièrement, les autorités suisses se réjouissent des statistiques qui chiffrent le nombre de personnes au chômage à 3% de la population active et prétendent que le pays connaît un quasi plein emploi. En fait, selon les critères du Bureau international du travail (BIT), le taux de chômage serait de 5%, pas si loin de la moyenne de 7,3% de l’Union européenne[1]. Quoi qu’il en soit, ces chiffres ne reflètent que partiellement la demande d’emploi[2]. Malgré ce qu’on veut nous faire croire, les salarié-e-s craignent les licenciements, car la précarité et l’exploitation à outrance sont bien présentes. Elles reposent notamment sur le licenciement libre, un système de formation au rabais (apprentissage) et élitaire (moins d’universitaires qu’ailleurs en Europe) ainsi que sur une exploitation astucieuse de l’immigration et des personnes relevant du droit d’asile.
Contrairement à ce qu’affirment les nationalistes et autres « populistes », ce ne sont pas les migrant-e-s qui font pression sur les salaires et les conditions de travail, mais les statuts institutionnels auxquels les autorités les soumettent.

Lire la suite