Quand la confusion règne ou les aléas de la méthode référendaire

Au départ, les choses paraissaient simples. Suivant les arguments d’un ministre PS, les chambres fédérales avaient accepté un compromis (prévoyance vieillesse 2020) qui – une fois encore – lésait les travailleuses obligées de travailler une année de plus (jusqu’à 65 ans) pour pouvoir bénéficier de l’assurance vieillesse (AVS). Déjà, dans les années 1990, c’était une conseillère fédérale PS : Ruth Dreifuss, qui avait fait passer l’âge de la retraite des femmes de 62 à 64 ans en échange de quelques concessions. Rien de mieux que de prétendus socialistes pour défendre le compromis politique, en disant que ce serait ça ou pire encore en cas de rejet ! Dans le cas présent, une compensation mensuelle dérisoire de 70 francs suisse (env. 60 €) pour les futurs retraités (hommes et femmes) a été obtenue, financée par une hausse des cotisations et de la TVA, l’impôt le plus antisocial !

Lire la suite