Le feu de la révolte et de la contestation couve toujours, comme le montrent ces photos d’affiches artisanales ou imprimées transmises par l’un de nos correspondant et que nous soumettons à la réflexion de celles et ceux qui consultent notre blog.

L’une d’entre elles « Appel contre la contagion » nous a particulièrement interpellés. Il semble en effet – nous en avons aussi fait l’expérience en Suisse – que l’épidémie a entraîné chez certain-e-s une vocation de délateur à l’encontre des personnes qui ne respectent pas (ou pas assez strictement à leur goût) les consignes officielles. Sûrs de leur bon droit, des gens se permettent de faire la morale à d’autres dans les parcs publics ou sur les plages et restent droit dans leurs bottes quand on leur rétorque qu’on court moins de risques au grand air que dans les transports publics, les magasins et autres chantiers pour gagner sa vie…

Provoquées par la peur de la maladie et/ou par une conception légaliste de l’« intérêt général » qui va à l’encontre du bon sens, ces réactions produisent des fractures au sein de la population, desquelles le pouvoir – dont les consignes contradictoires et incohérentes créent la confusion – tire profit. Une analyse la plus objective (et dépassionnée) possible de la nature de la pandémie et de ses conséquences sanitaires, sociales et politiques devrait nous renforcer pour lutter contre ces attitudes délétères et autoritaires. De la résistance, il faudra passer à l’offensive…