Après que Carles Puigdemont, le président déchu de la Generalitat, ait annoncé depuis Bruxelles que l’indépendance n’était pas la seule solution à la crise catalane et qu’il était prêt à accepter « une autre relation avec l’Espagne » ; alors que la présidente du parlement catalan Carme Forcadell a affirmé que la déclaration unilatérale d’indépendance avait un caractère symbolique ; quand ERC (la gauche républicaine catalane) reconnaît que les conditions n’étaient pas remplies pour établir la République… que reste-t-il du projet soutenu par les CUP[1] et par certains libertaires et anticapitalistes qui voient dans le procés catalan un moyen de renverser le régime politique issu de la Transition (1978). La République catalane étant la première étape d’une remise en question du statu quo postfranquiste.

Lire la suite