Au moment où nous écrivons ces lignes, les résultats du référendum sur l’indépendance de la Catalogne ne font aucun doute. Ce ne sont pas les arguments du président Rajoy et de la vice-présidente Sáenz de Santamaría – qui expliquent que ce scrutin n’offrait aucune garantie – qui y changeront quelque-chose. Avec les centaines de blessé-e-s laissés sur le carreau par les forces de police, les indépendantistes ont déjà gagné une première bataille. Face à des gens qui ne demandaient qu’à voter et qui se sont faits matraquer et tirer dessus des balles en caoutchouc, les chefs du gouvernement espagnol ressemblent à des robots aux discours monocordes et répétitifs. Dans ce contexte, le mouvement libertaire et les anarchistes sont confrontés à un dilemme : ils-elles défendent les gens de leur quartier victimes de la violence policière et sont déterminés à lutter contre la chape de plomb qui est en train de couvrir la Catalogne, où les mouvements sociaux souffrait déjà – comme dans le reste de l’Etat espagnol – de lois scélérates de plus en plus répressives. Sans vouloir faire les donneurs de leçon et avec la distance géographique qui nous sépare, il ne nous est pas interdit de réfléchir aux prises de position dont nous prenons connaissance. Ainsi, nous ne pensons pas qu’il faille apporter un appui au nouvel Etat qui se dessine et qui n’offre aucune garantie d’être moins corrompu ou moins autoritaire que le précédent.

Lire la suite